• Morne joie

     

    Morne joie

     

    La lune se cache comme un roi sans pouvoir

    Parmi les étoiles aux reflets d'améthystes

    Et le poëte, en compagnie d'un vin triste

    Observe avec plaisir cet habile miroir

     

    Sage et ivre, il maudit les matins et les soirs

    Où Peine et Joie, en savantes flûtistes

    Chantent sans cesse la beauté trismégiste

    D'une muse qui n'a pas d'yeux pour ses regards

     

    Ces cruels plaisirs s'arrêtent, puis persistent

    Dans les jardins d'été, sous les quais en brouillard

    L'ange assombrie ne quitte plus sa mémoire

     

    Il sait pourtant que la chère humaniste

    Tout bientôt, esquivera ses bêtes égards

    Et s'en ira loin, belle comme un soleil noir


    5 commentaires
  • Avant toute chose, sachez que ceci est un premier jet qui n'a souffert d'aucune relecture du fait d'un certain manque de temps.

    2018 s'est terminé, et nous sommes au moment où chacun fait ses résolutions sur l'année à venir tout en dressant le bilan sur celle passée. Il est donc temps d'adresser un colossal "merci" à tous ceux qui ont soutenus ce blog au cours depuis sa création qui ne remonte qu'à quelques mois. À l'heure où j'écris ses lignes, les statistiques indiquent 1412 visiteurs pour un total de 2684 pages vues. Ces chiffres pourront paraître léger en comparaison de ceux affichés par d'autres blogs, mais si l'on en prend en compte l'irrégularité de ma publication, je pense être en mesure de m'en vanter. Je dois avouer que j'ignore complètement comment des individus étrangers à Eklablog peuvent se retrouver ici, vu mon absence de tags, partages sur les réseaux sociaux ou caractères typiques d'autres blogs littéraires (lien vers un Wattpad, présence d'une PAL, critique de livres à la mode). Toujours est-il que j'aurai pu rencontrer des personnes et œuvres formidables par le biais de ce blog, et cela compte énormément.

     

    Il me faut admettre que je n'aurai publié qu'un pot pourri : analyse de musique classique, poèmes orientalistes, critiques de bandes dessinées, restes d'une conlang ratée et tags divers. Mais pas une nouvelle, pas un prologue, rien. De qui se moque t'on? Je peux néanmoins fournir plusieurs explications. La première, est la plus conséquente, est celle du manque de temps. L'écriture est une activité qui demande un calme et une préparation tout bonnement impossible lors des périodes scolaires chargées. Qui plus est, je prends mes études très au sérieux et ne souhaite pas que le plaisir d'écrire se change en boulet par rapport à mon travail scolaire. Mais sitôt les épreuves anticipées terminées, j'espère pouvoir m'atteler à la rédaction de récits comme de critiques.

     

    L'autre raison, peut-être plus surprenante, est l'inexpérience. Malgré mon appétence pour la littérature et le "talent" qu'on me présume, je n'ai jamais écrit sérieusement. Bien que je dévore les interviews d'auteurs ou les podcasts dédiés à l'écriture, je crains fort que la pratique se révèle bien inférieure à la théorie. Ainsi vais-je à tâtons vers cette activité si unique, mais qu'il me faudra bien maîtriser un jour. Ce sont donc ces deux facteurs qui m'empêchent de fournir, ne serait-ce que mensuellement, des récits complets. Je ne crois pas spécialement souffrir de la page blanche ou de l'absence d'inspiration, juste un manque de temps et de volonté.

     

    Toutefois, si j'écris peu, je brouillonne beaucoup. Que ce soit des formes de poésies, des sortes de storyboards ou même des éléments d'un "monde secondaire". C'est ce dernier point qui va nous intéresser, car il me plairait de partager toutes ces étapes de création mais craint qu'elle ne fasse un peu tâche sur le blog. Voilà pourquoi je vous laisse décider en cliquant sur le lien du sondage du sort ses petits travaux qu'ils me tardent de vous montrer. Les principaux projets qui m'occupent sont au nombre de trois :

    -La rédaction de nouvelles fantastiques, que je souhaiterai proche de celle de Théophile Gautier, Dino Buzzati et Jean Ray. Il ne devrait pas y avoir de liens directs entre chacune, mais des thèmes récurrents pourraient apparaître.

    -Un one-shot de SF, où l'action se situerait dans une sphère de Dyson.

    -Un one-shot dans le genre de l'absurde, le sujet reste à définir.

    -L'établissement d'un univers de hard fantasy médiévale aux inspirations multiethniques. Si la belle part sera donnée à des inspirations du monde slave, des éléments de la culture malgache, celtique et mongole sont à prévoir. Pourrait éventuellement servir de décor de jeu de rôles, mais la priorité reste d'en faire un support pour l'écriture.

    -L'établissement d'un univers steampunk aux inspirations futuristes. L'aviation et l'alchimie devrait en occuper des points essentiels. En dehors de l'écriture, pourrait servir pour un jeu sur Webidev.

    -Une série de poèmes en prose.

     

    J'ignore si j'aurai réellement le temps de faire aboutir ces projets au cours de l'année qui vient, mais je pense qu'il est important de se fixer des objectifs dès maintenant. De même, je ne sais pas si j'organiserai ou participerai à des concours d'écritures prochainement, bien que cela pourrait être un bon exercice.

     

    Pour conclure, je voudrais simplement faire savoir que je suis ouvert à toutes propositions de partenariat, malgré mon absence de "bouton" prévu à cet effet.

    En vous souhaitant une bonne continuation.

     

    Nouvel an, sondages et projets


    1 commentaire
  • Les contes russes, ou plus largement slaves, constituent un pan fascinant de culture et un vaste champ d'études sur le plan de la littérature ou de la mythologie. Avec ses dragons, ses bogatyrs (chevaliers des bylines) et la terrible sorcière Baba Yaga, il n'en fallait pas plus pour que de nombreux illustrateurs réinterprètent ces contes avec une touche délicate de fantasy ou de science-fiction. On en présentera ici deux, aux styles et messages différents, mais découlant des mêmes inspirations.

     

    Le premier d'entre eux est Vsevolod Ivanov, qui partage par son art ses visions de la "Rus Védique". Ivanov propose la vision d'une russie hyperboréenne et protohistorique, où l'élevage de mammouths et l'architecture atlante s'unissent pour former une utopie néopaganiste. Si l'on peut débattre la dimension idéologique de l'œuvre, force est de constater la poésie de son message et la beauté plastique des illustrations.

     

    Les contes russes à la sauce fantasy

    Un village traditionnel de la Rus Védique, où les mammouths sont utilisés comme bêtes de somme.

     

    Les contes russes à la sauce fantasy

    Les ancêtres des slaves présentés comme d'origine extraterrestre.

     

    Les contes russes à la sauce fantasy

    Un volkhve, druide slave, en harmonie avec la nature.

     

    Les contes russes à la sauce fantasy

    Dans son univers, Ivanov intègre des touches proches-orientales, nordiques et mésoaméricaines.

     

    Les contes russes à la sauce fantasy

    Belobog ( le dieu blanc) et Tchernobog ( le dieu noir). Tel les Aryens, les Slaves auraient été dualistes.

     

    Les contes russes à la sauce fantasy

    Figuration du Dragon de Brosno, le monstre du Loch Ness russe.

     

     

    Ensuite vient l'illustrateur Roman Pasuev, publiant ses croquis sous le pseudonyme d'Amok, sans doute par référence à Zweig. Connu dans le milieu de l'illustration par rapport à ses travaux relatifs à la saga du Trône de fer, Amok représente des personnages des contes traditionnels russes, avec un sens du détail époustouflant. Son but est, en passant par le dessin et le style fantasy, d'inviter à la lecture des histoires afin de saisir les références que son dessin dissimule.

     

    Les contes russes à la sauce fantasy

     Aliocha Popovitch, bogatyr du cycle de Kiev.

     

    Les contes russes à la sauce fantasy

    Ilya Mouromets, plus grand bogatyr du même cycle.

     

    Les contes russes à la sauce fantasy

    La Baba Yaga en chasse sur son mortier.

     

    Les contes russes à la sauce fantasy

    Le Domovoi, esprit domestique et farceur lié à une isba.

     

    Les contes russes à la sauce fantasy

    Vassilissa la Belle, archétype de la princesse.

     

    Les contes russes à la sauce fantasy

    Koschei l'Immortel ou le Sans-Mort. Liche et sorcier, antagoniste principal des contes russes.

     

    Les contes russes à la sauce fantasy

    Divers esprits de la forêt.

     

    Nous n'avons pu montré ici qu'une partie du travail des deux artistes, et n'avons fait qu'effleuré l'univers dans lequel ce même travail s'inspire. Toujours est il que les travaux d'Ivanov et Papsuev sont une source d'inspiration intarissable pour de potentiels auteurs de fantasy, ou juste pour tout les amoureux de la culture russe.

    En vous souhaitant une bonne continuation.


    13 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires