• Homo homini lupus est

     

    Malheur sur la terre, hurlements dans la nuit

     Un loup sombre et furieux a souffert d'un piège

    Et son sang bruni éclabousse la neige

    Comme un habit de vierge tout de vin enduit

     

    Alors que mutilée, la bête pût s'enfuir

    Des ombres livides s'avancent et hululent

    Mais lorsque sa patte rongée vint à faiblir

    La meute en dévora les morceaux mutilés

     

    N'ayez pour ce fauve aucun pleurs ni remords

    Étant habitué au cruel exercice

    Le molosse ne connût que le sang et le vice

     Tue tôt, marche ou crève, c'est ainsi dans le Nord


    3 commentaires
  • Un nouveau re-tag littéraire, plein d'intêret

     

    Ô rage, ô désespoir, ô cervidé ennemi! L'agréable Reindeer (son post là) ayant eu la politesse de me re-taguer, voici les réponses à ses multiples questions, toutes très pertinentes.

     

    1) Quelle est ta tenue de guerre quand tu lis ? (précise la couleur si c'est une vieille culotte à trous)

    Cela varie, mais comme j’écris le plus souvent allongé et quand j’ai du temps libre, les chances que je sois en pyjama ou autre tenue d’intérieur sont statistiquement élevées.

     

    2) Tu es plutôt roman, livre illustré, BD, manga ou livre audio ? Pourquoi ? Que penses-tu des autres ?

    Je trouve qu’un des points forts de la littérature réside dans sa simplicité, juste un support et des caractères écrits dessus. Je suis un grand amateur de bande dessinée et d’audio, mais je n’en n’attends absolument pas les mêmes choses qu’un format papier, surtout en cas d’adaptation. Chaque médium peut apporter quelque chose d’unique, et la comparaison n’est pas toujours pertinente.

     

    3) As-tu un "manuscrit de la honte" ? (un texte que tu gardes pour toi tellement il te fait honte, mais tu l'as quand même pas supprimé parce que tu y avais mis toute ton âme à l'époque)

    Pas vraiment, puisque je détruis systématiquement ce qui ne me convient pas. Parfois, en retrouvant des brouillons ou des essais dans ma corbeille, je les restaure puis les relis, et ça me permet de voir ce qui n’allait pas. Il n’y a pas de honte à avoir, ça montre que l’on progresse petit à petit!

     

    4) As-tu des projets d'écriture longs (au-dessus de 20 000 mots) en préparation ? Peux-tu le(s) présenter ?

    Au risque de décevoir, non, aucun. J’essaie d’aller progressivement, et je suis loin d’avoir encore acquis la maîtrise des formes courtes. Cela ne veut pas dire que je n’ai pas d’idée d’histoire, mais que je ne me vois pas accoucher de suite d’un roman. (Un doute me vient, on ne compte pas en caractères plutôt qu’en mots?)

     

    5) Que penses-tu du NaNoWriMo ?

    Je comprends que ça puisse en tenter certains, mais ça ne correspond pas du tout à mes « méthodes ». J’ignore également la qualité des livres ainsi produits. J’ai donc un à priori plutôt négatif, mais ma vision pourrait changer avec de bons renseignements.

     

    6) Es-tu sujet au syndrome de la page blanche ? Y a-t-il des facteurs qui la provoquent automatiquement chez toi ?

    Je pense que c’est un mal devant lequel tout le monde est confronté, et c’est en général à ce moment-là que se fait la différence entre écrivains amateurs et professionnels. Mais ça apparaît rarement de nulle part, et de nombreux facteurs peuvent être à la source, généralement une question de motivation ou de confiance en soi. Je pense qu’on peut en sortir assez facilement, mais qu’il n’y pas de panacée. Je laisse toutefois un lien de l'excellent podcast qu'est Procrastination qui pourra venir en aide à certains.

     

    7) Participes-tu à des forums d'écriture ? Des concours internes ? Ou c'est quelque chose qui te rebute ?

    Je n’ai encore participé à aucun concours, n’ayant pas un caractère très compétitif. Toutefois, j’en identifie deux types, diamétralement opposés : les participations amicales sur Internet, et les professionnelles des maisons d’éditions ou des organismes dédiés. Je ne promets rien, mais entre le Prix du Jeune Écrivain et le Printemps des Poètes, il y a peut-être des cartes à jouer...

     

    8) Plutôt édition ou auto-édition ? Financement particulier ou participatif ? Pourquoi ? (autant niveau lecture que publication personnelle)

    Pour avoir tâté le secteur de l’édition, je peux assurer que c’est un secteur aussi intéressant qu’éprouvant. Je déteste l’idée étrangement répandue que les éditeurs seraient des Harpagon en puissance, le système actuel est certainement dysfonctionnel, mais ils n’en sont pas les premiers responsables. Je pense que recevoir un regard extérieur, professionnel et critique par rapport à son œuvre est essentiel ; de plus, je serais bien incapable de contrôler les aspects purement physiques de mon livre, comme le choix du papier, la couverture et le prix de vente. L’édition classique fait de plus en plus appel au financement participatif pour des projets d’envergure, ou transmédiatiques. Rien n’est figé, c’est un domaine en évolution constante.

     

    9) Depuis quand écris-tu ? Qu'est-ce qui t'a poussé à le faire ?

    Tous les enfants écrivent, il y a juste ceux qui n’arrêtent pas. Mais je n’écris sérieusement que depuis quelques mois et encore, ce ne sont que des poëmes. Je n’ai pas de motif exact, juste un trop plein d’imagination et de temps libre, ainsi qu’une appétence pour la littérature et la narration en général.

     

    10) Cite les éléments récurrents que tu as pu remarquer dans tes écrits et qui se glissent sans que tu y prêtes attention.

    Je n’en vois pas vraiment. Par contre, il est très fréquent que des termes, des procédés stylistiques voire des ambiances ou des archétypes de personnages se glissent sans crier gare dans mes brouillons après une lecture marquante d’un texte extérieur.

     

    11) Es-tu fier de ce que tu écris ? Cela te rend-t-il heureux ?

    Vu le temps que prend l’acte d’écrire, et le peu que cela peut apporter financièrement ou socialement, il me semble impossible de le concevoir sans plaisir. Après, je suis très exigeant avec mes textes et souffrent d’une absence de régularité, mais je crois qu’écrire est un cercle vertueux et un accomplissement personnel important. Après, je sais que c’est quelque chose que j’attends de moi pour diverses raisons ; la première étant l’espoir des cercles familiaux, amicaux ou scolaires de me voir devenir je ne sais quel grand écrivain, et la seconde étant mon absence totale d’autre talent. Je ne dirais pas que je suis fier, mais plutôt réceptif à mes attentes et celles des autres. Je dois être le seul à pouvoir imaginer quelque chose, mais pas le seul à la penser ou vouloir la lire.

     

    C'était comme toujours, très enrichissant. Il me tarde voir les réponses des autres participants.

    En vous souhaitant une bonne continuation.

    Un nouveau re-tag littéraire, plein d'intêret


    3 commentaires
  •  

    Concours de poésie d'Halloween

     

    Il manquait encore à Libroŝrankon un composant essentiel des autres blogs littéraires, le concours d'écriture! Pour remédier à cela, je propose aux intéressés potentiels leur participation à un concours de poésie, centré sur l'horreur et le fantastique.

     

    Modalités :

    Comment s'inscrire? :

    Il vous suffit simplement d'écrire un poème sur votre blog selon les règles imposées (voir plus bas), et de me le signaler par commentaire en dessous de cet article avant la date limite.

     

    Thème :

    L'argument général de votre poëme doit être l'horreur, et doit donc comporter des éléments suscitant la peur chez votre lecteur. Tout genre d'horreur sera accepté (fantastique, psychologique, cosmicisme, creepypasta...) mais gardez en tête la dimension poétique de votre texte.

    Gardez-vous donc de basculer inutilement dans le gore, ou dans l'histoire de fantôme vue et revue. Votre texte peut également être parodique, mais il vous faudra tout de même conserver des éléments horrifiques et supplément de l'humour. En horreur, l'originalité fait tout, pensez-y.

     

    Forme :

    Afin que chaque participant parte avec une chance égale, la forme du texte vous sera imposée. Votre texte devra être un sonnet dont voici la structure :

    A

    B

    B

    A

     

    A

    B

    B

    A

     

    C

    C

    D

     

    E

    E

    D

     

    En conséquence, vos vers doivent faire douze pieds de longs et rimer, cela va de soi.

     

    Notation :

    Le critère principal d'évaluation est la capacité de terreur de votre texte, et je préfère prévenir quand grand consommateur d'horreur peu de choses m'effraie. Seront également pris en compte les figures de styles, effets de rimes, de ponctuation et bien entendu l'orthographe. Seul le texte dans son intégralité sera évaluée, en dépit d'une illustration ou origine pour votre élément horrifique. Soyez donc créatifs dans vos idées, et corriger les coquilles ou fautes possibles.

    Si le nombre de participants excède cinq, un podium sera créé pour classer les trois meilleures poésies.

     

    Récompense :

    Le gagnant aura le droit d'imposer le thème, voire les consignes, du prochain concours, et recevra également une louange rimée rédigée par mes soins. Je peux également mettre à profit mes maigres talents d'écriture et de graphisme à la disposition des participants. Je reste ouvert à toutes propositions, donc n'hésitez pas à m'en faire part.

     

    Date limite :

    Vous devez écrire votre texte et me le signaler avant le 20 octobre à minuit, alors ne soyez pas en retard! Sauf imprévu, les résultats devraient être publiés dans la nuit du 31 octobre.

     

    Vous savez ce qu'il vous reste à faire, avoir une plume effroyable!

    En vous souhaitant une bonne continuation.

     

    Concours de poésie d'Halloween


    23 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires