• Morne joie

     

    Morne joie

     

    La lune se cache comme un roi sans pouvoir

    Parmi les étoiles aux reflets d'améthystes

    Et le poëte, en compagnie d'un vin triste

    Observe avec plaisir cet habile miroir

     

    Sage et ivre, il maudit les matins et les soirs

    Où Peine et Joie, en savantes flûtistes

    Chantent sans cesse la beauté trismégiste

    D'une muse qui n'a pas d'yeux pour ses regards

     

    Ces cruels plaisirs s'arrêtent, puis persistent

    Dans les jardins d'été, sous les quais en brouillard

    L'ange assombrie ne quitte plus sa mémoire

     

    Il sait pourtant que la chère humaniste

    Tout bientôt, esquivera ses bêtes égards

    Et s'en ira loin, belle comme un soleil noir


    5 commentaires
  • Caravane

     

    C’était un de ces soirs d’étés, où la lune

    Apparaît en croissant à nos bêtes yeux nus

    S’élevant vers le cap d’horizons inconnus

    Sa pâle majesté sublimant les dunes


    Nous avions bivouaqué en abri de fortune

    Les chameaux dormaient encore, nos coups les exténuent

    Je frappais un bendir, et d’un air ingénu

    J’entamais un chant sans volonté aucune

     

    Le cheikh, de mon péan instruit, vint tel un djinn

    Puis d’un geste vif, gratta sa mandoline

    Et ses filles dansèrent au son de mon art

     

    Imazighen, c’est bien ainsi qu’on nous nommes

    Ma foi, il n’y a pas plus libres hommes

    Que ceux qui ont souri aux fiancées d’Anzar


    4 commentaires
  • Homo homini lupus est

     

    Malheur sur la terre, hurlements dans la nuit

    Un loup sombre et furieux a souffert d'un piège

    Et son sang bruni éclabousse la neige

    Comme un habit de vierge tout de vin enduit

     

    Alors que mutilée, la bête pût s'enfuir

    Des ombres livides hululèrent en cœur

    Et lorsque sa patte rongée vint à faiblir

    La meute l'acheva en un festin vainqueur

     

    N'ayez pour ce fauve aucun pleurs ni remords

    Étant habitué au cruel exercice

    Le molosse ne connût que le sang et le vice

     Tue tôt, marche ou crève, c'est ainsi dans le Nord


    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique