• L'Enfant et le Maudit

    L'enfant et le maudit

    Titre : L'Enfant et le Maudit

    Auteur : Nagabe

    Année de parution : 2017

    Édition : Komikku

    Nombre de volumes : Cinq volumes parus, série en cours

    ISBN : 978-2-372-87197-6

    Quatrième de couverture : Il y a très longtemps, dans une contrée lointaine, existaient deux pays...

    "L'intérieur" où vivaient les humains, et "l'extérieur", où habitaient des créatures monstrueuses qu'il ne fallait surtout pas toucher, sous peine de subir la malédiction. Cette histoire commence le jour où se sont rencontrés deux êtres qui n'auraient jamais dû se croiser...

    Ils sont aussi différent que le jour et la nuit... Et malgré tout ce qui les sépare, malgré les ténèbres qui les entourent, ils vont écrire petit à petit une fable tous les deux...

     

    Dans un monde divisé entre deux pôles ne devant jamais se rencontrer du fait d'une malédiction, la petite Sheeva est recueillie par un mystérieux être de l'extérieur, qu'elle nomme Professeur, en attendant que sa tante la ramène auprès des humains. Mais la réalité est plus sombre et complexe qu'il n'y parait.

     Ce qui frappe en premier lieu avec l'Enfant et le Maudit est son identité visuelle unique. Tout en conservant les codes et les techniques propres au manga, l'œuvre exprime clairement une volonté de s'en détacher et de se construire une style propre, éloigné des canons du genre. Les designs ingénus des êtres de l'extérieur, les clairs-obscurs d'une maîtrise absolu et la dualité constante qu'appuie le dessin entre Sheeva et le Professeur sont autant de signes de ce ton remarquable. Fait notable, les onomatopées sont presques inexistantes et de nombreuses pages sont vides de tout dialogue.

    Cela peut s'expliquer par le fait que l'auteur soit premièrement issu du milieu de l'illustration, et non du manga. Nagabe reconnait comme inspirations générales le style art nouveau d'inspiration slave d'Alphonse Mucha, les célèbres Moumines de Tove Jansson, ainsi que les illustrations macabres d'Edward Gorey (également un modèle majeur pour Tim Burton) dont l'opposition entre la lumière et les ténèbres n'est pas sans rappeler celle du manga.

     

    L'enfant et le maudit

    L'enfant et le maudit

    L'enfant et le maudit

     

    L'enfant et le maudit

     

    L'ambiance du manga évolue drastiquement au fur et à mesure des tomes. Les débuts sont très contemplatifs, parfois même ennuyeux à certains égards, mais l'intrigue va d'un nouvel élan à partir du quatrième volume sans pour autant prendre le lecteur à l'envers. En effet, l'auteur a pris le soin de disséminer des indices tout au long  du récit, sur la relation entre les mondes ou la nature de la malédiction, mais tout en gardant une part de mystère qui annonce quelque chose de plus grand. L'évolution de la relation entre Sheeva et le Professeur est un indicateur de la progression de l'histoire, les deux protagonistes découvrant leur affection mutuelle et les secrets de leurs mondes respectifs.

    En bref, l'Enfant et le Maudit est une pépite de créativité et de talent, un manga de fantasy à l'esprit de contes de fées et au design unique en son genre ; mais dont la lenteur relative des trois premiers tomes risque de rebuter plus d'un. Le sous-titre, Siúil a Rún est une chanson traditionnelle irlandaise que l'on pourrait traduire par "Va, mon amour" et qui traduit le caractère mélancolique et fabuleux du manga.

     

    L'enfant et le maudit

    L'enfant et le maudit

    L'enfant et le maudit

    L'enfant et le maudit


  • Commentaires

    1
    Dimanche 28 Octobre à 11:52

    J'aime bien ce manga, il sort complètement de l'ordinaire, le dessin et l'encrage est assez différent, et l'histoire est loin d'être commune (du moins dans les mangas)

      • Dimanche 28 Octobre à 18:46
        Oui, il sort vraiment du lot. Tu as lu tous les tomes?
      • Lundi 29 Octobre à 12:21

        Tout ceux qui sont sortis en France oui, le tome 5 ne devrais pas tarder.

        En vrai même si l'histoire est complétement différente, je trouve que l'ambiance de l'histoire me fait penser au Chaperon Rouge, bon en vrai je pense que la forêt joue beaucoup. En tout cas je le trouve éloigner par rapport aux mangas habituels

    2
    Mercredi 31 Octobre à 22:03

    QUI EST-CE QUI A LES TOMES DE LA SÉRIE DÉDICACÉS ?! C'EST MOIIIIII ! (oui, j'adore cette série °^°)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :